14/09/2009

La plaie libanaise

Le Liban est enliser dans des luttes internes qui menacent son existance. Celui-ci est  à un tournant  historique. Complètement inféodés aux puissances régionales et étrangères, les responsables politiques libanais de l'opposition et de la majorité paralysent les institutions étatiques. Les calculs communautaires et les luttes d'influence aveuglent une classe politique totalement prise par ses propres intérêts. Depuis les élections législatives de juin 2009, le Liban est sans gouvernement. Chacune des parties accuse l'autre de ce fait. On entend ici et là des responsables imputer la faute aux influences externes. Or, force est de constater que les premiers artisans de cette situation sont nos hommes politiques. Incapables d'effectuer la moindre auto-critique, et par facilité, ils pointent l'étranger du doigt. Le Liban comme histoire, comme message et comme pays est sur le point de disparaître par les erreurs de ses propres responsables. Assez d'hypocrisie, assez de mensonge et assez de démagogie messieurs les responsables. Soit vous êtes en mesure de gouverner et de reconstuire le pays, soit vous laissez la place à d'autres. Il est navrant de constater que les libanais sont incapables de s'entendre. Il est désolant de constater que les libanais ont toujours besoin d'un maître extérieur pour les guider. De là, la question à poser est de savoir si ce peuple qui choisi finalement ses responsables mérite vraiment ce pays. Si les libanais n'ont pas tiré les leçons du passé et des guerres civiles et autres, ils devraient alors faire partie d'un pays comme sous-province. En effet, lamentable est le spectacle que les libanais offrent à l'extérieur. Tout indique que les libanais ne sont pas mûrs pour s'auto-gouverner et vivre dans un pays refuge de toutes les communautés. Jadis, des hommes courrageux comme les SOLH, les ASSAAD, les CHAMOUN, les ARSLAN et les JOUMBLAT avaient ensemble résisté face à l'occupent français au prix de la prison pour obtenir l'indépendance. Je ne suis pas sûr qu'ils l'auraient fait avec la mentalité qui règne aujourd'huis au pays des Cèdres. Toutes les souffrances et toutes les victimes d'un peuple sont bafouées au nom des intérêts personnels. Tout ce passe comme si le peuple libanais était idiot. Nous sommes en présence d'une classe politique qui sape les dernières bases du pays et on nous demande de revenir au pays. Avant de formuler cette demande, il faut nous montrer que les responsables sont capables de s'unir pour construire un pays et une identité nationale. Or, le tableau offert montre une classe politique formant une union sacrée pour détruire le pays. En politique, le courage, la détermination et la capacité à décider sont des vertus indispensables. Il se trouve qu'acun responsable politique libanais n'est aujourd'huis doté de ces ingrédients.  Il faut forcer le sort et ne pas attendre un quelconque miracle. Hélas la soumission aux influences étrangères enlève tout espoir de miracle.

20:41 Écrit par Youssef RIZK dans Liban | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.