20/04/2009

Van Cau - Happart - PS: nouveau mélodrame

Depuis le scandale du voyage des parlemantaires wallons en Californie, seul le PS est encore en proie à des débats internes. Les deux parlementaires concernés Messieurs José HAPPART,  Président du parlement Wallon et Jean-Claude VAN CAUWENBERGHE, parlementaire, mettent toutes leurs énergies et tous leurs moyens en oeuvre pour justifier les frais occasionnés et le non sens du remboursement. Ces deux vieux compagnons du combat régionaliste sous la présidence de Monsieur SPIETAELS recréent l'union sacrée mais cette fois contre le Président Elio. Ce faisant, ils polarisent de manière intelligente le débat. Ils le dévient de son sens pour faire croire que le combat est celui du leaderchip au sein du Parti.

Non Messieurs HAPPART et  VAN CAU, il s'agit d'abord et avant tout d'une question d'éthique que vous semblez avoir abandonnée.  Lorsque l'opposition au Président du Parti est justifiée, je suis votre homme.  En revanche, lorsque cette opposition n'a pour objectif que de défendre vos propres intérêts personnels aux dépends des règles éthiques les plus élémentaires, je suis votre adversaire. Il est pour le moins choquant de vous entendre vous défendre de la sorte. Il est inadmissible de voir que de nos jours, des hommes politiques de votre espèce continuent à présider aux destinées de notre Région. Par ailleurs, votre avidité vous pousse à inventer des solutions ingénieuses pour vous dérober de votre devoir de rembourser. Vous voilà maintenent en position de demander au Parti de rembourser les frais de votre voyage.  Or, vous n'ignorez pas Messieurs que les finances du Parti proviennent en large part des cotisations de ses membres. Si dans votre nouvelle conception le Parti est devenu source de financement de vos loisirs, il est grand temps pour vous de changer de métier. Avec ce type de proposition vous avouez avoir abandonné definitivement l'idéologie et les valeurs fondatrices de notre Parti. Notre Parti aura beaucoup à ganger sans vous et donc bon débarras.

Avec cette affaire, le Parti socialiste est à la croisée du chemin. Soit il cède à cette pratique ( au nom du fait qu'elle a toujours existé selon Messieurs HAPPART et VAN CAU) ce qui la rend légitime à leurs yeux, soit le Parti frappe avec une main de fer pour démontrer que sa doctrine fondatrice est toujours d'actualité. Seulement  voilà, le problème du Parti socialiste ne peut en aucun cas se résumer à cette affaire si l'on veut être un minimum honnête. Le Parti est miné à tous les niveaux.  Loin de la défense des valeurs et de l'idéologie du Parti, celui-ci souffre des guerres intestines que certains mènent et ont toujours mené contre les autres camarades rien que pour asseoir leur pouvoir absolu. Le nombre des affiliés ne cesse de chuter et personne ne se pose les bonnes et vraies questions. Tout se passe comme si rien ne peut venir ébranler l'édifice. Il s'agit d'une photograhpie idyllique que certains voudraient véhiculer sans en être convaincu. Il est temps que le Parti opère une opération de refondation radicale. Il n'est plus permis de laisser certains continuer leurs jeux et manigances pour évincer toute personne qui dispose d'un avis différent, ou présente un quelconque danger pour leur ascension politique.  L'affaire HAPPART - VAN CAU fait partie des affaires qui viennent de temps à autre secouer un Parti endormi et aveugle dès qu'il s'agit des affaires internes.  La chute du Parti lors des dernières élections législatives n'aura rien appris à ce colosse paralysé. Peut-être qu'une nouvelle défaite aux régionales aura le mérite de créer un électrochoc et forcera mon Parti au réalisme et à la nécessité d'entreperndre un véritable travail de nettoyage et ce à tous ses niveaux de pouvoirs. Le Parti socialiste ne peut se transformer en une caisse financière et/ou une affaire familiale comme certains le veulent. C' est un lagre mouvement populaire. Ses adhérants et sympatisants n'accepteront jamais de laisser certains dénaturer son rôle, son message et sa mission.  Si les dirigeants de ce Parti ne se montrent pas capables de remettre de l'ordre, ils ne devraient pas s'étonner de perdre les élections et surtout l'adhésion des citoyens à leur message.

20:50 Écrit par Youssef RIZK dans Parti Socialiste | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Monsieur Risk, je vous trouve indécent.

Et puis, moi je suis parvenu (comme dirait Elio...) à gagner 500 000 F.B. / mois et donc, je vous méprise et vous emm... tous.

Écrit par : José H. | 21/04/2009

Monsieur Jose H,restez poli,cela ne coûte rien.Je vous rappelle simplement qu'il n'y a que la vérité qui blesse.

Écrit par : N.D. | 21/04/2009

pourquoi trouvez-vous monsieur Rizk indécent?Ce qu'il dit est la stricte vérité.Faites-vous partie de tous ces gens qui se sucrent sur le dos du parti? Dans ce cas,je comprends votre réaction,elle est minable.

Écrit par : Lem. | 21/04/2009

Les commentaires sont fermés.