22/02/2009

Réponsue MPL 3

A l'instar d'un grand nombre de libanais, j'avais beaucoup d'espoir avec le retour du Général Aoun au Liban. Je pensais que les sombres pages de la guerre étaient définitivement tournées et que les libanais pourraient enfin rêver d'un pays indépendant, libre, démocratique et à l'écart des influences régionales et internationales. Cependant, force est de constater que contrairement aux autres seigneurs de guerre, le général Aoun est toujours en guerre alors que les autres (surtout ceux que vous citez dans votre texte) pratiquent une vie politique basée sur la démocratie.

Attention compatriotes, quand vous jettez l'anathème sur les autres car aucun chef de guerre, ce que fut bien votre général durant la guerre, ne peut s'estimer être plus innocent qu'un autre. Tous sont responsables des malheurs et des souffrances des libanais, y compris notre général. Je constate que certains ont reconnu leurs erreurs et présenté des excuses publiques à tous les libanais. Or notre général (et c'est un fait historique) a abandonné ses troupes sans consigne et s'est réfugié à l'Ambassade de France pour sauver sa peau. Vous connaissez les conséquences de cet acte. Notre général ne devrait-t-il pas présenter ses excuses aux familles des soldats libanais tombés sur le champs de bataille et ne devrait-il pas non plus répondre de crimes de guerre? S'enfuir pour sauver sa vie est humain mais quand la fuite d'un chef cause la mort de ses troupes, celui-ci est passible de la Cour martiale.

Certes votre parti avait présenté un programme politique. Cependant, force est de constater que ce programme intéressant en soi a vite été délaissé par votre bloc de députés. Par ailleurs, la seule réalisation importante de votre bloc parlementaire a consisté à paralyser la vie parlementaire avec vos alliés.

Lors de la formation du premier gouvernement suite aux élections de 2005, vous avez refusé d'y participer car vous exigiez des Ministères clefs notamment celui de la Justice. Pourtant vos alliés du Hezbollah et du Amal y ont participé et y ont accompli un bon travail. Maintenant que le Ministère de la Justice est aux mains de vos opposants politiques sur la scène chrétienne vous le considérez comme nul.

Je n'ai d'exclusif contre personne. Comme l'immense majorité des libanais, j'aspire à un avenir radieux pour un Liban de tolérance, de cohexistance, de démocratie et de paix comme jadis. Or vos positions et pratiquent ne me rassurent pas. Vous prétendez défendre les chrétiens alors que c'est faux. Votre ligne politique actuelle est en parfaite contradiction avec les principes fondateurs de votre parti et c'est fort dommage. Vous devriez  vous inspirer de vos alliés du Hezbollah et du Amal pour lesquels j'ai le plus grand respect car eux basent toutes leur actions sur un projet politique à long terme pour la communauté chiite.

En tant que démocrate convaincu, je suis un fervant défenseur de la démocratie, des débats contradictoires et de la critique constructive. Plus encore, je suis pour la séparation de l'Etat et de la religion. Cependant, votre démarche contre le Patriarche s'apparente à une pure opération de démagogie politique. Très chers compatriote, je ne demande qu'à vous croire. Cependant, les faits montrent que vous êtes contradictoires et inconstants. En effet, comment pouvez vous raisonnablement jusitifer vos attaques contre le patriarche au prétexte de défendre une conception laïque de l'Etat alors que votre allié le plus sur au Liban est dirigé par des religieux (pour lesquels j'ai le plus grand respect). Etes vous convaincu de pouvoir instaurer un état laïque alors que votre alliance avec le Hezbollah rend tout simplement impossible cette conception?

Pour terminer mes chers compatriotes, je garde l'espoir de voir le CPL retourner aux prinicpes fondateurs du parti. Je garde également l'espoir de voir le CPL s'ouvrir et se montrer  plus tolérant avec les autres fondations chrétiennes pour le bien de tous les libanais. Je pense qu"il n'est pas trop tard de voir le CPL s'émouvoir en parfaite  symbiose avec son milieu naturel et en harmonie et paix avec les autres formations politiques dans un projet politique visant avant tout l'édification d'un Etat digne de ce nom.

Ma position de conseiller communal ne m'empêche pas de rester objectif. Au contraire, elle  me pousse à pointer avec plus de force les responsabilités et les erreurs où elles se trouvent. Malheureusement, c'est bien votre cas pour le moment, mais je garde l'espoir d'échanges plus positifs avec vous si vous pratiquez un réexamen de vos pratiques actuelles.

Enfin, vous connaissez mon identité, ce qui ne me pose aucun problème. Pour que nos échanges revêtent un caractère plus constructif, j'aimerais connaître, si vous l'accepter bien entendu, l'identité de mon ou mes interlocuteur(s) actuel(s).

08:56 Écrit par Youssef RIZK dans Liban | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.