22/01/2009

Blasphème et conséquences

Depuis la semaine dernière, le Liban est sécoué par une atteinte à la religion chrétienne. Une vidéo démontre une atteinte à celle-ci. D'une part, elle montre dans un chapelet, l'image du chef du Hezbollah cotoyant des saints chrétiens.  Cette vidéo montre également une troupe faisant des prières en louange à Monsieur NASRALLAH avec ce chapelet au sein d'une Eglise. Il s'agit d'un acte très grave, blasphématoire, constituant un déni de la religion chrétienne et de la croyance en cette religion en ses saints.

Interpellé, le Hezbollah avait répondu par un de ses représentants de manière très légère.
Seulement, dans un pays qui a connu 15 années de guerre et constitué de 17 communautés religuieuses, il convenait que les responsables du Hezbollah condamnent publiquement un tel acte qui a blessé une part importante de la population, pour préserver la paix civile. L'attitude du Hezb pose un réel problème et incite à une reflexion quand au but recherché par l'atteinte à la religion chrétienne en général et à la Communauté maronite en particulier, communauté dont est issu son allié le général Aoun. S'agit-il d'un test ou s'agit-il d'un acte délibéré parce que le Hezb se considère comme intouchable et ayant le droit d'insulter les autres religions. Pire encore, le Hezb accuse un Parti politique chrétien d'utiliser cette affaire pour les élections légilatives. Le Hezb est-il vraiment consient des conséquences de ses actes. En effet, au lieu de mettre fin à cette insulte il persiste et ne reconnaît pas aux autres le droit de défendre leur religion.

C'est grave et angoissant pour l'avenir d'un pays qui a longtemps était le paradis des religions et des persécutés.
Avec tout le respect et l'admiration que j'ai pour le Hezb je ne parviens pas à comprendre cette démarche. De là, je pose la question de savoir comment le Hezb se serait comporté  si c'est sa propre religion qui avait été sallie de la sorte. Je pense que la réponse aurait été dure et une FATWA aurait été proclamée immédiatement pour punirr le ou les auteurs d'un tel acte. le Hezb est donc invité à s'inspier de la tolérence et de la patience des autres pour présenter ses excuses et fermer ce problème de manière définitive. Il ne faut pas tarder car des événnements graves ont eu lieu ce matin lorsque des individus ont tagué sur l'enceinte d'une école officielle, située au sein de la région chrétienne, "qu'il n y a que Jésus de NASRALLAH".  Jusqu'où ira le Hezb dans sa méprise des autres religions?

Ce phénomène nouveau qui n'a jamais eu lieu au plus fort de la guerre, pose la question de l'utilité du document d'entente signé entre le Hezbollah et le général Aoun. Ce document parle de respect mutuel. Par ailleurs, selon le général la paix civile au Liban est dû aujourd'hui à ce document. On assiste d'ailleurs à une défence acharnée par le CPL du Hezb . De plus, où est le respect que porte le Hezb au général et à son courant censé représenter (selon le général Aoun) 70% des chrétiens à partir du moment où les faits incriminés se déroulent au sein de l'Eglise qui avait été le théâtre de la signature du document d'enttente? Cela signifie t-il que cette enttente est finie puisque le Hezb en a décidé ainsi?

Dans un climat exacerbé par les tensions communautaires surtout après les dramatiques évènnements de Gaza n'est -t-il pas  plus raisonnable de prêcher la tolérence et le respect au lieu de bafouer et d'insulter l'autre et sa religion? Car en cas d'affrontements, cela tournera en guerre de religion et personne n'en sortira indemne.

Monsieur NASRALLAH est un homme sage et je suis convaincu qu'il ne tolère aucune atteinte aux autres religions. Au nom de sa sagesse et de son statut d'homme d'Etat, je l'appelle à briser le silence avec une condamnation sans équivoque de ces pratiques.

20:36 Écrit par Youssef RIZK dans Liban | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.