17/01/2009

Gaza-le monde: fausse route

Les voix des démocrates, notamment au niveau de l'Europe, s'élèvent de plus en plus avec force pour dénoncer les bombardements de civils et d'installations humanitaires par l'armée israëlienne. Je partage sans réserve ce souci et je vais plus loin en estimant qu'il ne doit pas avoir ni guerre, ni bombardements ni sur des civils, ni sur personne. Selon moi, c'est le principe même de la légitimité de la guerre qu'il faut banir.

Le commissaire européen Monsieur Louis MICHEL et la Député européenne Madame DE KEYSER, sont les plus virulents orateurs contre Israël. Ils sont en quelque sorte devenus les avocats et les protecteurs de ceux qui sont à l'origine de cette folie. Ils dénoncent les frappes contre les civils et les installations humanitaires et les hôpitaux. Si je soutiens cette position, je trouve que leur démarche est incomplète et partiale. En effet, j'invite Monsieur Michel et Madame De Keyser à plus de réalisme et d'objectivité. En responsables politiques, ils ont le devoir de rechercher et de dénoncer les responsabilités où elles se trouvent. Or, ils se braquent sur une partie laisssant ainsi la partie à l'origine de cette situation à l'abri des critiques. Ce faisant, ils se rendent complices de cette tuerie généralisée. Pourquoi ne dénoncent-ils pas les extrémistes et leurs méthodes? En effet, il est de notoriété publique qu'en cas de guerre entre des groupes armés et une armée régulière, les groupes armés prennent les civils en otage pour dissuader la riposte. Ces mêmes groupes s'installent dans les hôpitaux, les écoles, les installations humanitaires, les lieux de culte, les endroits publiques et j'en passe, dans le but de sauver leur peau. Qui est alors d'abord et avant tout responsable de la mort des civils? Est-ce l'agresseur qui sciemment se cache au sein de sa population pour lancer des missiles sur d'autres civils tout en sachant que ces actes engendreront des victimes dans sa propre communauté ou est-ce une armée régulière qui riposte aux extrémistes pour mettre fin à leur folie? 

Monsieur Michel et Madame De Keyser n'ont jamais vécu en temps de guerre sous le joung des milices et groupes armés.  Dans ces moments, la population est prise en otage et sert de bouclier humain au service des plus extrémistes. Ayant vécu cette situation je ne peux accepter les discours d'hommes et femmes politiques qui ne voient que ce que les autres veulent leur montrer comme réalité. Madame De Keyser s'est rendue sur le terrain. Elle n'a pu voir que ce que le Hamas a bien voulu lui montrer. Elle n'a même pas pris la peine de voir comment la population civile vit la situation. Elle n'a pas pu constater que cette population subit à la fois la riposte de l'armée israëlienne et les pires purges pratiquées par le Hamas contre sa propre communauté. Monsieur Michel et Madame De Keyser n'ont même pas pris la peine de prendre connaissance des témoignages des familles palestiniennes qui ont eu la chance de sortir de ce calvaire. Ces témoignages sont assez accablants pour le Hamas qui pratique la liquidation systématique.

Je pose donc la question du silence de ces gens contre ses pratiques et contre l'obstination du Hamas qui veut détruire l'Etat d'Israël.  Est-ce par naïveté? Est-ce par méconnaissance de la réalité ou est-ce dû à un sentiment de culpabilité pour avoir donné des millions d'euros au peuple palestinien, détounés par le Hamas  pour s'armer et bombarder des civils israëliens?

Monsieur Michel , Madame De Keyser, les éléments qui ont déclenché la situation à Gaza  existent au Sud Liban. Cela indique qu'une flambée de violence risque de se déclencher au Sud Liban. Celle-ci sera aussi meurtrière que celle à laquelle nous assistons à Gaza. Vous n'ignorez pas que ce sont des groupes extrémistes qui veulent embraser cette région. Or, je constate un silence assourdissant de votre part. Vous ne condamnez pas les tirs de roquettes à partir du Liban. Votre silence aura pour effet de favoriser la riposte d'Israël. Il s'en suivra comme c'est le cas à Gaza des bombardements de villes et de villages partout où les groupes armés s'infiltreront au sein de la population civile, les hôpitaux et les installations humanitaires.  Qu'attendez-vous pour agir et éviter une nouvelle guerre au Liban? Qu'attendez-vous pour soutenir l'Etat libanais et l'aider à désarmer tous les groupes armés qui agissent sur son territoire sous les ordres des puissances régionales hostiles à toute idée de paix?
Vous n'avez pas assez soutenu l'autorité palestinienne. le résultat a été la montée en puissance du mouvement extrémiste Hamas et la guerre de Gaza. Allez-vous commettre la même erreur au Liban et venir dénoncer  après coup une situation que votre complaisance à l'égard des extrémistes aura crée et encourragée?

Je ne parviens pas à comprendre la légerté de vos prises de  position. Votre conception erronée de la situation revient à condamner un Etat qui tente de mettre fin à l'extrémisme et à légiltimer l'action extrémiste aux yeux de nos démocraties. La mollesse de vos réactions contre les extrémistes et votre regard compatissant me font craindre le pire. Partant de là, il m'est difficile de vous faire confiance pour défendre et préserver nos démocraties en cas de montées extrémistes armées. Vous êtes donc appelés à l'adoption d'une position courageuse par laquelle vous candamnez sans ambiguïté les agissements des extrémistes du Hamas. Mais cela ne suffit pas. Il faut tout mettre en oeuvre pour que des pareils mouvements armés soient éradiqués à jamais. Sans quoi, d'içi un an ou plus, je vous entendrai crier votre colère contre un Etat qui cherche à éliminer une menace terroriste pesant sur ses civils. Entre-temps, les millions d'euros de notre Europe auront renforcé davantage le pouvoir militaire du Hamas et vous aurez contribuez au maintien de cette partie du monde dans un état de tension et de guerre perpétuelle. Je ne pense pas que cela soit votre but. Seulement vos méthodes d'aujourd'hui conforte mon hypothèse si vous persistez dans l'erreur.

18:32 Écrit par Youssef RIZK dans Liban | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.