03/12/2008

La visite de Monsieur Leterme au Liban

Notre Premier Ministre a effectué une visite d'Etat au Liban sous le signe de l'aide au développement et à la reconstruction.
Au niveau théorique, la visite de notre Premier Ministre est excellente. Sa visée est honorable voire même généreuse. Cette visite  avait également pour objectif de soutenir le Liban dans ses efforts de stabilité politique dont la Belgique contribue par la présence de ses soldats à Tebnine dans le cadre de la FINUL..

Cependant, force est de constater que par une malheueuse phrase, sa visite est entachée de honte. En effet, en visite au camp palestinien de Nahr-el-Bared qui, de mai à septembre 2007, avait été le théâtre d'âpres combats entre l'armée libanaise et des groupuscules terroristes, Monsieur LETERME a comparé l'endroit à Ypres. Non seulement, il s'agit d'une erreur politique, mais aussi et surtout, une manière particulière de voir l'histoire qui constitue une insulte au peuple libanais et aux réfugiés palestiniens de ce même camp.
Non Monsieur LETERME, Nahr-el-bared n'est pas Ypres. D'abord, l'armée libanaise a combattu carré par carré pour éviter la perte de vies humaines civiles. Civils dont l'écrasante majorité avait été prise en otage par les groupuscules terroristes. Ce faisant, l'armée libanaise a donné plus d'une centaine de martyrs dans l'unique objectif de libérer une population et un pays d'un groupe terroriste implanté et soutenu par la Syrie. C'est donc à l'opposé d'ypres dont les faits et atrocités sont l'oeuvre d'une armée d'occupation. A Nahr-el-Bared, l'armée libanaise a combattu au corps à corps afin de cibler des combattants infiltrés au sein de la population. A Ypres, les allemands ont lâché des gaz et des produits chimiques dans le but de tuer et d'anéantir toute résistance. A Nahr-el-Bared, le souci premier de l'armée libanaise était de sauver les vies humaines.

Monsieur LETERME aurait pu faire référence à d'autres endroits et batailles historiques en Belgique comme Bastogne par exemple, à moins qu'il ignore l'histoire de son propre pays. Si c'est le cas, il est impardonable qu'un responsable politique de ce niveau fasse l'amalgame entre deux périodes diamétralement opposées dans l'histoire des deux pays. L'insulte  faite par Monsieur LETERME au peuple libanais laissera un goût amer et provoquera un mauvais sentiment envers la Belgique alors que ses soldats accomplissent un travail fabuleux au sud du pays.
Pour finir, je dirais que Monsieur LETERME lâche sa phrase mais il n'a pas eu une pensée pour les libanais qui ont souffert de cette épisode ni pour les parents de centaines de soldats libanais qui ont péri durant ses affrontement ou avant cette bataille lâchement assassinés par les terroristes. Il n y a pas de bonnes ou mauvaises victimes durant la guerre. Dès lors, toutes doivent avoir le même traitement et la même considaration.  Toute différence faite est une victimisation secondaire. Toute différence supposée ente victimes par un homme politique est scandaleuse puisqu'elle est de nature à opérer une ségrégation et une catégorisation de victime. Une erreur politique de ce type doit être corrigée au plus vite si le respnosable politique de l'erreur est à la hauteur de sa stature.  Monsieur LETERME est donc invité à nuancer pour le moins ses propos.

20:16 Écrit par Youssef RIZK dans Liban | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.