26/08/2008

Le général mépris

Le 24.08.08, le général Aoun a effectué une viste au sud Liban . Il a rendu un vibrant hommage à la résistance qui mérite en effet le respect face à ses sacrifices et sa solidité contre Israêl.

Cependant, force est de constater que ce périple n'est pas fortuit. Il est calculé et s'inscrit dans la droite ligne des élections législatives de 2009. Le général part à la chasse aux voix. Il espère profiter de la formidable machine de propagande du Hezbollah. Ce faisant, ce général méprise l'intélligence des gens du sud et insulte leur mémoire. En effet, je rappelle au général que tout le sud constituait la résistance et non trois ou quatres localités. Je rappele à ce général que quand les gens du sud souffraient, il était loin de se soucier d'eux. Je rappelle au général que c'et précisement Bent Jbeil qui avait constituait il y a une trentaine d'années le nerf nevralgique des manifestations pour chasser l'armée libanaise et laisser la place libre aux combattants palestiniens du fatah. Je rappelle à ce général que par après, ses frères d'armes (aussi bien chrétiens que chiites) originaires des localités frontalières ont déserté l'armée libanaise pour rejoindre leurs villages et les défendre contre les envahisseurs palestiniens.

Dès lors, ma question au général consiste à savoir si sa visite sonne à nouveau le glad de la présence de l'armée libanaise des terres du sud? Je me permets de demander à ce général si les sudistes n'ont pas le droit de vivre en paix et sous la protection de l' Etat?

Assez de mépris et de mensonges Monsieur le général. Le seul fait positif de votre visite aura été l'annonce publique d'un Député de nos amis du Hezb que votre entente avait été mise en place durant votre exil doré à Paris. La signature du document d'entente au Liban n'est qu'une mascarade pour mieux tromper les libanais.

Ceci n'est pas étonnant puisque tout l'appareil politique du courant aouniste est basé sur la propagande. Sa doctrine fondatrice a été bafouée et sa base populaire est dans sa majorité constituée des gens qui suivent les mouvements du vent. Pour étayer cette dernière affirmation je donne un exemple. J'ai eu l'occasion de visiter le sud il y a quelques mois mais je n'ai pas eu la couverture médiatique du général et je ne la voulais pas. Contrairement à lui, j'ai séjourné quelques jours dans la région. Ainsi, dans un des villages chrétiens frontaliers le constat est hallucinant. Il s'agit d'un village qui a horriblement souffert durant la guerre de 2006. Après la guerre, l'heure de constater les dégâts était venue. Nos amis du hezb avaient éstimé les dégâts d'une habitation à 12.000 dollars américains.   La personne n'a recu que 900 dollars.   Ou est passé le reste? La réponse vient du fait que la municipalité est contrôlée actuellement par les aounistes et que le hezbollah  a laissé aux aounistes le soin d'exécuter ses décisions, en conformité au document d'entente. C'est là que réside le problème. En effet, vous pouvez interroger les trois quart des villageois. Ils vous diront que les maisons des aounistes n'ont pas été touchées durant la guerre de 2006. Pire, les témoignages pleuvent pour dire que ceux-là ont fait venir des buldozers pour détruire leurs anciennes habitations et ont ainsi bénéficié des aides sur base de fausses déclarations. Ce qui est pire, c'est de profiter des malheurs de ceux qui ont tout perdu pour les plumer de manière définitive. Dans tous les villages où les aounistes ont la main, vous avez le même sentiment et les mêmes faits. Plus encore, les gens vous dirons que les aounistes d'aujourd'huit sont de pures opportunistes. Les témoignages attestent que ceux-ci ont été tour à tour collaborateurs à la solde des palestiniens puis de l'armée israêlienne quand celle-ci a occupé la zone de sécurité.

Que restera-t-il de cet aounisme politique si la donne change dans la région du Sud? Il est fort à parier que ces croques morts formant la base populaire du courant du général l'abadonneront pour préserver leur intérêt.
C'est cela la réalité de la base de ce mouvement aujourd'huit et c'est ce qui explique sans doute la frilosité d'un général en manque d'inspiration et de patriotisme.
Celui-ci s'emploi à détruire l'Etat et ses institutions les unes après les autres. Agent par excellence de la politique syrienne au Liban, il a parfaitement remplacé le général de renseignement syrien Gazali. Par sa politique néfaste et obscurantiste, il paralyse l'Etat et fait courir au pays le risque que le modèle de cohabitation et de cohéxistance unique dans la région disparaisse à jamais.  Il vide l'Etat de sa substance en soutenant  la présence des milices armées qui de ce fait font la loi et favorisent l'installation d'une situation de désordre propice aux assassinats et attentats. Comment peut-il dès lors pleurer le général El Hajj alors que son soutien aux milices armées le rend complice de son meurtre?

Ce qui me chagrine le plus c'est de voir que des gens sont encore naîfs et suivent un homme qui renie sans cesse ses engagements guidé en cela par une soif de pouvoir. Si les libanais en général et les chrétiens en particulier mettent leur sort entre les mains d'un mégalo, ils ne devraient plus se plaindre d'une irakisation de la sène libanaise. C'est donc dès maintenant qu'ils devront rejetter les forces inféodées au régime syrien et former un bouclier sous la banière de la révolution des cèdres pour que l'Etat puisse définitivement contrôler l'ensemble de son territoire. Le général Aoun est une des composantes nocives de notre pays téléguidées par la Syrie. Voter pour lui, c'est faire revenir le régime syrien au Liban. C'est mettre en danger la spécificité du Liban terre d'accueil. C'est raviver les guerres confessionnelles. 

 Le général n'est  plus en mesure de revendiquer une quelquenque présidence.  Cepedant, prisonnier d'un égo démesuré, il demeure une force politique nuisibble. La Syrie  vient d'accepter l'instauration des relations diplômatiques avec le Liban.  Je propose sa nommination  officielle comme  Ambassadeur de Syrie au Liban pour débuter  cette nouvelle aire avec le voisin syrien.  De cette manière, il sera élevé du rang d'un simple exécutant sans titre, à celui d'un exécutant portant  le titre mais sans les prérogatives.  Ainsi, il aura un titre officiel et les gens ne seront plus grugés par sa propagande.
l  

21:02 Écrit par Youssef RIZK dans Liban | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.