17/06/2008

Le Général, un rêve, une Nakba

Depuis  la fin des années 80, le général Aoun réalise sur le sol libanais ce que toutes les armées d'occupation n'ont jamais réussi à savoir mettre tout un pays en état de désagrégation totale.

Après avoir brisé tout un pays, tout un peuple, toute une communauté ( les maronites en particuliers et les chrétiens en général) pour un simple rêve ( la Présidence), le général Aoun se retrouve tristement seul face à un rêve totalement brisé par l'arrivée de SOLEIMAN à la première magistrature.

Aoun ne cesse de clamer qu'il représente la majorité des chrétiens. Se pose alors la question suivante : si cette assertion était réelle, pourquoi ce général éprouve-t-il à ce point le besoin de se ralier les églises extrémistes de type évangélistes?

Son désespoir le pousse chaque jour un peu plus dans l'archaïsme d'un homme du passé. Son comportement est toujours basé sur l'apparition d'une supposée étincelle lui promettant la Présidence de la République. Au nom de cette illumination en laquelle personne d'autre ne croit, ce général est passé maître dans l'art de la destruction. Il est à ce titre l'auteur, réalisateur et l'acteur principal de la NAKBA qui sévit au Liban depuis 1988. Brisé par le fait d'accumuler les erreurs politiques, accablé par une alliance avec le Hezbollah qui le transforme en simple instrument de la politique du Hezb, il ne lui reste que les slogants creux. Ainsi, il se proclame être le défenseur des chrétiens alors qu'en réalité ses actions sapent l'existence même des chrétiens au Liban. Dès lors, rien ne l'arrête et va jusqu'à déformer la vérité sur certains évènnements ayant eu lieu au sein de la Communauté chrétienne. L'élan morbide de ce général a définitivement pris l'ascendant sur sa personnalité. Le seul espoir pour le Liban et les chrétiens de ce pays réside dans une défaite électorale qui s'annonce cuisante pour le général en 2009.

21:55 Écrit par Youssef RIZK dans Liban | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.