14/05/2008

Lettre envoyée au journal le Soir suite à leur interview de Monsieur CORM

Dans votre édition du Soir du 14.05.08, vous publiez un entretien avec Monsieur Georges CORM, professeur d'université et ancien Ministre libanais.

J'ai été pour le moins choqué des propos de Monsieur CORM sur les agissements du Hezbollah de ces derniers jours. Je tiens à réagir et je souhaite que ma réaction soit publiée dans votre journal.

Figure importante de l'opposition, Monsieur CORM nous livre dans cet entretien la vision Syro-iranienne du Liban. Longtemps Ministre sous l'occupation syrienne du pays des Cèdres, il n'est pas étonnant de voir cet intellectuel défendre à ce point ce que tout le monde qualifie un coup d'état opéré par le hezbollah.

Monsieur CORM justifie les exactions, les destructions et les morts causés par le Hezbollah au nom de ce qui s'appelait la Résistance. Le Hezbollah a démontré, si besoin est,  qu'il n'est pas une Résistance mais une milice armée et un Etat dans l'Etat, armé et financé par l'Iran dans le prolongement de la République islamique d'Iran. Monsieur CORM doit savoir que quand une Résistance  se transforme en milice armée pour imposer sa volonté à sa propre communauté et aux autres communautés du pays, elle perd toute légiltimité et devient un danger pour le pays tout entier.

Par ailleurs, quand Monsieur CORM affirme que le gouvernement est anticonstitutionnel parce que la communauté chiite n' y est pas représentée, il s'agit d'une contre vérité. En effet, lors de la mise en place de ce gouvernement, la communauté chiite était représentée par plusieurs Ministres. C'est le Hezbollah qui a décidé de quitter le gouvernement. De plus, il empêche la communauté chiite de remplacer les Ministres démmissionnaires. Le Hezbollah confisque la décision au sein de la communauté chiite et il tente de confisquer ce pouvoir de décision au niveau du pays. Par ailleurs, Monsieur CORM considère ce gouvernement anticonstitutionnel alors qu'il émane de la volonté du peuple libanais. Dès lors, on est en droit de se poser la question de savoir si lui il est fier de porter le titre de Ministre alors qu'il avait été désigné à ce poste par le pouvoir syrien contre la volonté du peuple libanais. Quel gouvernement doit être considérer comme anticonstitutionnel celui issu des élections libres ou celui imposé au Liban par l'occupant syrien?

En outre, je ne vois pas sur quelle base cet intellectuel (et ancien Ministre sous l'occupation syrienne du Liban) peut justifier la violence dont a fait preuve le hezbollah contre la population libanaise. Justifier cela revient à être complice de crimes contre l'Etat libanais et la population civile.

Tenter de justifier un coup d'état contre la démocratie c'est vendre à l'opinion publique libanaise et internationale la vision syrienne.


Votre journal est invité à plus d'objectivité et dans ce sens il doit donner la parole aux libanais (majoritaires) qui cherchent avant tout l'édification d'un Etat caractérisé par la démocratie et la coexistance pacifique contrairement au projet de l'opposition et en premier lieu au Hezbollah dont l'objectif principal reste la création d'une république islamique copie conforme de celle d'Iran. Je me pose la question de savoir quelle sera la position de votre journal si le Vlaams Belang décide de s'opposer aux décisions de notre gouvernement par la prise militaire de Bruxelles et le blocaque de l'aéroport de Zaventem.

21:49 Écrit par Youssef RIZK dans Liban | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.