04/05/2008

Témoignage de l'action de l'armée belge au Liban

BELUFIL : Hommage d'Ibrahim El Ali au contingent belgo luxembourgeois de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban, la FINUL.

http://fondation-elali.blogspot.com/2008/05/belufil-hommage-dibrahim-el-ali-au.html (pour voir les photos.)

Voila déjà plus d'un an, le 07 Mars 2007, le Pandur transportant quatre Casques bleus belges était tombé dans un ravin sur la route reliant les localités de Kfar Chouba et de Chebaa, causant la mort de trois soldats, WO1 Pauwels Luc,  Cpl De  Bakker Thierry, et Cpl Bergen Roger.

A travers leur sacrifice dans nos montagnes bibliques, je viens rendre hommage aux forces belges de la Finul et  témoigner, au nom de mon ONG Mawassem khair (Moissons de la bienfaisance) de la profonde gratitude de la population pour tous les services rendus et les aides apportées par les soldats belges et luxembourgeois au Liban.

Son Altesse Royale le Prince Philippe, Duc de Brabant prince de Belgique, est venu apporter aux familles des défunts le soutien du Palais Royal et de toute la Belgique Unie.

Pour apporter ma modeste contribution en mémoire des morts pour votre patrie, j ai offert un cèdre du Liban planté à coté des plaques commémoratives.

Sur les 15.000 soldats de la Finul, Le bataillon belgo luxembourgeois n'est composé que de 367 militaires provenant des dix provinces belges et de deux militaires luxembourgeois. Ce Détachement  comprend un hôpital de campagne militaire, un détachement génie polyvalent, un élément de protection (Force Protection), un élément d'appui logistique et un détachement de mise en oeuvre des systèmes de communication et d'information. Leur mission est de participer à la reconstruction du pays et de fournir de l'aide humanitaire en appui de l'UNIFIL ou du gouvernement libanais.

Cette mission qui leur est confiée au sein de la Finul, leur confère un capital sympathie supérieur aux autres garnisons, car très fortement teintée de caractère humanitaire et de reconstruction du pays, je peux témoigner qu'à chaque fois que je rencontrais un Maire pour le besoin de sa municipalité, il me demandais de m'adresser d'abord aux belges.

Par exemple, la municipalité de Chaqra à coté de Tibnine, demande l'aide du Génie belge pour la reconstruction du dôme de la mosquée, ceci a été fait avec la participation des ouvriers locaux et dans un climat accueillant et convivial. Ensuite La population  a partagé le thé et les pâtisseries libanaises avec les militaires belges durant les travaux.

Réhabilitation et reconstruction participative avec l'adhésion totale de la population sous la direction du major Hass.

Du domaine médical

S'il y a une marque de reconnaissance de la population meurtrie et endeuillée par la guerre de Tammouz, c'est bien dans le domaine médical qu'elle prend toute sa signification.
Le pilier médical du camp scorpion se trouvant à Tibnine comprend des moyens d'évacuation, assure les soins pour le personnel militaire et dispose d'une capacité chirurgicale et de soins dentaires.

Ces soins sont d'une qualité telle que les hôpitaux et les médecins Libanais se sont plaints d'une baisse significative de leur chiffre d'affaire. En un peu plus de trente jours, plus de 2053 actes médicaux ont été administrés.

Les services de l'hôpital de campagne sont les interventions Chirurgicales, la réception des patients, les soins intensifs, les soins dentaires. Un service de radiologie, un laboratoire et un service d'approvisionnement médical et de médicaments. La population témoigne en permanence d'une qualité exceptionnelle de prestations et de sa satisfaction de l'aide humanitaire qui lui est fournie. Une ambulance neuve a été offerte à l'hôpital de Tibnine.

En ce qui concerne le déminage

 Apres la santé, le déminage effectué par le détachement de génie redonne à la population des moyens de retrouver une tranquillité pour aller dans leur jardins, de labourer leur champs, et de cueillir les oliviers. Dans cette zone du Liban sud un véritable tapis de bombes non explosées menace en permanence la population, et tant qu'il y aura encore une mine ou un survol d'avion dans le ciel Libanais, celui-ci  se sentira toujours en danger.

Pour témoin, il faut voir le sourire du paysan local, à chaque fois qu'on dépolluait son terrain en y retirant une bombe ou des clusters (bombes à sous munitions)

Le détachement génie exécute des reconnaissances de routes et de zones afin d'y neutraliser les engins non explosés et les mines avec le génie de combat ou avec les équipes EOD (Explosive Ordnance Disposal). Le détachement EOD possède également la capacité de neutraliser des engins explosifs improvisés (Improvised Explosive Device).Celui ci effectue un travail titanesque utilisant toute la logistique militaire au profil de la population, nous avons à plusieurs fois déterré des bombes à plus de 8 mètres de profondeurs libérant la population d'un danger et d'une anxiété quotidienne, une bombe dans la ville de Majdal se trouvant au cœur d'une école, une à chaqra dans un champs de tabac juste à coté de la mairie, une à Sriffa de plus de 1000 kilos.

Ici l'armée belge possédant un matériel adéquat pour sortir les grosses bombes, et complète parfaitement le travail des organisations de déminage humanitaire comme  handicap international, Hamap, ou Mac (mine action coordination).

Détente et récréation

J'avais pour coutume de taquiner mes amis belges en leur criant «  les gars nous ne sommes pas à la côte d'azur », pourtant par moment, le climat de détente avec la population, satisfaite d'être débarrassé des engins de mort au milieu de leur demeure, offre un moment de paix aux soldats de la Finul.

Pendant que les démineurs tracent un couloir de sécurité permettant au génie de conduire les travaux, l'équipe de sécurité, sanitaire, interprète, et les chefs nedex font une longue pause sous le soleil Libanais juste en face du mont hermon.

Nous avons même droit aux « peoples » ici Hénin Emmanuel, eh  oui  le fameux cousin germain de Justine Hénin, pourquoi pas future marraine de nos actions de protection de l'environnement, au Liban, en Afrique et dans tout le pourtour méditerranéen. A suivre…. !

Ici, un sorcier Belge, chevalier des temps modernes, Nedex, plongeur démineur Daniel Derde. Cela faisait prés de 5 heures qu'on cherchait cette bombe avec tous les appareils de détection magnétique sans succès, jusqu'à ce que Daniel nous apporte ses deux tiges de sourcier qui détectent des variations magnétiques entre la terre et une bombe métallique de 500 kilos. Eh oui  ça marche !!

Aides Aux Municipalités

BELUFIL se distingue  considérablement dans les services qu'il rend aux différentes municipalités situées dans le secteur qui leur sont attribué dans le cadre de leur mission au sein de la FINUL. Un excellent travail de communication, avec calendriers, explications, photos sont distribués dans les mairies, sans oublier les campagnes d'information pour le danger des mines dans les écoles.

La liste étant si exhaustive, je vais me contenter de donner quelques exemples. J'ai parlé déjà de l'ambulance offerte à l'hôpital de Tibnine, des groupes électrogènes sont régulièrement financés dans les municipalités.

Les câbles d'électricités financés pour la ville de Chaqra,

Des projets de reboisement, notamment dans le village Kirb salem de 2000 oliviers, pour replanter toute une colline brûlée pendant la guerre.

La campagne de reboisement et de sensibilisation de mon ONG Mawassem khair soutenue par la Bélufil avec l'appuie des chefs religieux locaux.

Voir http://fondation-elali.blogspot.com/2007/09/arbres-de-la-paix-et-de-lenvironnement.html

Evénement BELUFIL

A chaque rotation des soldats Bélufil qui dure environ quatre mois, le camp scorpion organise au château de Tibnine, une journée « sports et loisirs » pour les enfants de toutes les municipalités environnantes.

Plusieurs activités y sont proposées avec des sauts en cordes sécurisés, de l'escalade, des jeux de coloriage , de peinture, de fer à cheval, la liste est bien longue, mais l'essentiel à retenir c'est l'acceptation totale de la population pour ces forces belges et luxembourgeois de la Finul.. L'ambiance de cette journée ressemble à une première sortie au parc de Disney par l'émerveillement, l'enthousiaste des enfants devant toutes les activités proposées, et surtout la sollicitude et gentillesse des soldats belges adoucissant les moments de guerre et le climat belliqueux toujours ravivé dans l'actualité et alimenté par  les commentaires de leur parents.

La guerre est présente au Liban à chaque instant.

Le Grand-duché de Luxembourg

Le Grand duché est représenté par deux soldats intégrés dans la BELUFIL  dans le cadre de leur mission  au sein de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban.

Son Ministre de la coopération et de l'Action humanitaire Jean-Louis Schiltz dans une interview signalait « N'oublions pas que le Liban c'est la porte à côté! » Ses deux militaires participent aux opérations de déminage dans nos collines d'oliviers et de figuiers. Votre excellence ! Le Liban c'est la porte de la méditerranée et la clé origine de  toutes les civilisations.

Ces deux militaires sont  à l'image de la Belgique, peu nombreux par rapport à l'effectif  global de la Finul, et pourtant stigmatisant tous les esprits par la qualité des rapports humains et de leur disposition à remplir des missions humanitaires participant à la reconstruction du Liban déchiré.

Je veux juste renouveler ma gratitude à travers mes amis Major Hoffmann  et le Nedex démineur Patrick Depaoli, au grand Duché  de Luxembourg.

En conclusion

Deux anecdotes se remémorent à mon esprit maintenant que je veux conclure.

Quand la Belgique est restée longtemps sans gouvernement, dans le campement Scorpion, on sentait l'unité renforcée parmi ses militaires et un officier belge me rappelait que le Liban et la Belgique avait un destin commun et des  similitudes dans leur besoin de se souder et construire l'unité de leur pays.

La deuxième anecdote , c'est dans une tombe de 8 mètres de profondeur, avec le démineur Daniel, mon sorcier belge, quand la pelle mécanique venait frapper le rocher pour descendre plus profond et localiser cette maudite bombe de 500 kilos. Je me retourne alors vers Daniel, et l'interroge :

Il n'y a pas de risque d'explosion si la pelleteuse vient frapper  avec force sur  la bombe ?  Il se retourne vers moi, me regarde, respire profondément,  et me répond……..  Ibrahim  « il y a toujours un risque » !

Ibrahim El Ali

22:46 Écrit par Youssef RIZK dans Liban | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.