17/02/2008

Commémoration de l'assassinat de Rafic Hariri

Le 14/02/2008, 1,5 millions de libanais ont bravé la pluie, les tempêtes de neige et la peur des attentats pour encore une fois manifester leur détermination à vivre dans un pays démocratique, indépendant et souverain. Par ce mouvmeent, ils ont plébicité les forces du 14 mars, la majorité gouvernementale. Ce message clair à la Syrie et à ses alliés de l'opposition libanaise devrait amener cette pseudo opposition libanaise à réfléchir au sort du Liban. En effet, pendant que les orateurs de la majorité gouvernementale plaidaient pour une élection présidentielle et l'instauration d'un état garant de la paix civile et de la coexistance, les orateurs de l'opposition promettaient des guerres ouvertes contre persque le monde entier. Les conséquences de l'aventurisme de telles guerres se ressentent encore aujourd'hui. Ainsi, le Liban n'a-t-il pas le droit au repos et à la paix? Plus fondamentalement, depuis quand une minorité s'arroge le droit de déclarer la guerre au nom d'un pays, sans tenir compte de l'Etat. Le Liban devrait-il demeurer le seul terrain de conflit pour libérer tous les territoires arabes alors que les pays dont une partie du territoire est occupé pactise avec l'ennemi au détriment de ce même Liban.

Ce qui étonne c'est la couverture médiatique de ces deux événements. En effet, les médias occidentaux ont accorder plus d'importance aux obséques d'un haut dirigeant du Hezbollah assassiné en Syrie qu'à un magnifique élan de liberté porté par tout un peuple. L'assassinat et l'enterrement de ce haut dirigeant du Hezbollah devaient effectivement être couverts par la presse occidentale. Cependant, il est déplorable qu'une manifestation pacifique, commémorant les assassinats d'un ancien Premier ministre, de ministres et députés élus démocratiquement, de plusieurs journalistes, de plusieurs hommes politiques courageux et de hauts gradés de l'armée passent au second plan.

22:29 Écrit par Youssef RIZK dans Liban | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.